Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

ADIEU MONSIEUR HAFFMANN: bonjour l’excellence.

Pourquoi ce film ne pourrait-il pas être l’un des gros succès de ce début d’année ?

Il ne faudrait pas aimer le beau cinéma français, ne plus supporter Daniel Auteuil, ne trouver aucun talent à Gilles Lellouche et être insensible au charme et au jeu de Sara Giraudeau. Seulement voilà : tous les trois symbolisent l’excellence dans ce film de Fred Cavayé ( Les Infidèles, Le Jeu) adapté de la pièce éponyme de Jean-Philippe Daguerre ( 4 Molières en 2018)

En 1941 Monsieur Haffmann, un bijoutier juif, possède un atelier à Paris. Il est obligé d’envoyer sa femme et ses trois enfants en province pour échapper aux rafles allemandes. Voulant fuir lui aussi, il confie sa boutique et son appartement à son adjoint et à sa jeune femme. Mais cerné par les contrôles d’identité il revient dans sa bijouterie, contraint de rester caché dans la cave

Cette histoire est un huis clos, ou presque, à très haute tension, construit comme un thriller. Les rebondissements y sont nombreux grâce à un scénario solide jusqu’à la dernière scène. Le bijoutier Auteuil est un honnête homme et ce comédien capable de tout jouer sans jamais descendre du podium où se trouvent nos meilleurs comédiens. Son adjoint c’est Gilles Lellouche que l’on n’a jamais vu aussi bouleversant dans le rôle du sympathique apprenti-bijoutier qui va basculer dans le mensonge, la trahison et la veulerie

Et puis il y a Sara Giraudeau fragile puis forte, soumise puis décisionnaire. Elle est exceptionnelle. Fred Cavayé parle du “travail extraordinaire” de ses comédiens. Le qualificatif va fort bien à cette comédienne que vous n’oublierez pas. Son regard, son sourire, ses larmes, ses silences : tout dans son jeu reflète là aussi l’excellence

Thierry FRERET

 

Adieu Monsieur Haffmann

ACTUELLEMENT AU CINÉMA 

 

Art Scène Radio © 2022. All Rights Reserved.