Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

FRÉDÉRIC DEBAN: LA RAGE DE VIVRE

C’est en 1985 dans «Parole de Flic» de José Pinheiro qu’il fait ses premiers pas au cinéma. Lui c’est Frédéric Deban, Comédien, auteur, acteur; Le plus beau rôle de sa vie il l’incarne dans SA PROPRE VIE, ses passions, ses voyages, mais aussi ses excès, ses abus, ses blessures et fêlures, il a roulé à 300 à l’heure pour ne jamais rien manquer…

Alain Delon  lui donne sa chance en lui offrant un petit rôle. La même année il fait une rencontre marquante, celle d’un jeune acteur-écrivain- réalisateur, Cyril Collard qui lui offre son premier grand rôle dans le moyen-métrage «Alger la blanche» qui, de par sa réalisation avant-gardiste sera en quelque sorte le « brouillon » de son unique et ultime film : «Les Nuits fauves»

Frédéric Deban enchaîne l’année suivante (1986) trois séries télévisée dans lequel il interprète des rôles principaux «Le clan» de Claude Barma où il interprète le fils de Marie-José Nat et de Victor Lanoux. «L’or noir de Lornac» de Tony Flaadt aux cotés de Pierre Mondy et Maria Schneider et «Bonjour Maître» de Denis de La Patellière dans lesquelles il donne la réplique à Danielle Darrieux, Georges Wilson et Gérard Klein. C’est d’ailleurs à l’occasion d’un de ces tournages que Georges Wilson lui propose de le mettre en scène au Théatre de l’Oeuvre dans une pièce intitulée «L’insecte du combat »

Entre 1988 et 2009, Frédéric Deban va enchainer les tournages de séries télévisées qui lui permettront de donner la réplique dans des rôles forts et principaux à des comédiens aussi différents que Michel Galabru et Macha Meril dans « Les Mouettes » de Jean Chapot, Odette Laure dans « Mamy by night », Dominique Lavanant dans « Imogène », Francisco Rabal dans « Sang et poussière », Anny Duperey et Bernard Lecocq dans «Une famille formidable »d’Yves Robert et Bernadette Lafont dans «Histoires d’hommes», Christiana Reali dans « Romance sans parole » de Jean-Daniel Verhaeghe qui le fera tourner dans plusieurs de ses réalisations dont « Sans famille » avec Pierre Richard et Hanna Schygulla dans « Associations de bienfaiteurs » pour la chaine Arte.

D’autres réalisateurs lui offrent des rôles principaux pour de nombreux téléfilms, ce qui permet à Frédéric Deban de jouer aux cotés de Jean-Claude Brialy, Bernard Tapie, Isabelle Otero, Julien Boisselier, Olivia Bonamy, Serge Lama et Héléne Vincent, entre autre; Mais la popularité, il va la rencontrer en 1992 avec la première grande saga de l’été sur TF1 qui rassemble tous les vendredis soirs plus de 14 millions de télespectateurs : « Les cœurs brulés » de Jean Sagols où il interprète un des rôles principaux aux cotés de Mireille Darc, Pierre Vaneck, Danielle Evenou et Michel Duchaussoy

En 2002, son rôle principal et récurrent de Grégory dans la série « Sous le soleil » diffusée tous les jours sur TF1 en accès prime-time avec plus de 4 millions de téléspectateurs et distribué dans 134 pays font de lui un « acteur populaire» auprès du grand public.
Il n’est pas en reste avec le cinéma qui lui a offert de très beaux rôles principaux, principalement à l’étranger : «Matar al nani» un film espagnol de Roberto Bodegas en 1987

En Décembre 2014 un accident de la vie contraint Frédéric Deban à mettre entre parenthèse son métier de comédien afin de se consacrer à ce combat contre cet handicap qui vient le frapper de plein fouet le jour de ses 50 ans. La perte de l’audition totale pour son oreille gauche et une profonde diminution dans la seconde doublée d’une présence permanente de violents acouphènes vont l’obliger à vivre et à lutter tous les jours contre ce qu’il appelle ses «passagers noirs»

En 2013 il publie un témoignage «J’aurais voulu être le fils de quelqu’un» aux Éditions Michel Lafon retraçant son enfance chaotique lié à son abandon à l’âge de 4 ans, il récidive en 2016 en publiant la même année deux ouvrages: «Sous le soleil pas exactement» en Février aux Éditions La boite à Pandore dans lequel il explique l’envers du décor d’une série qui l’a rendu si populaire…

Et «Vos gueules les acouphènes» aux
Éditions Guy Trédaniel en Novembre dans lequel il relate sous la forme d’un journal son quotidien et tente d’expliquer comment vivre
avec ce handicap à défaut de ne pouvoir vivre sans…A chacune de ses publications il rencontre un très beau succès d’estime. Le public est au rendez-vous

C’est à travers l’écriture que Frédéric Deban va puiser la force et le réconfort en arrivant à mettre des mots sur ses maux. L’écriture va devenir son alliée la plus efficace afin d’essayer de retrouver l’envie d’avoir envie.
Ses recherches sur la toile vont l’éclairer sur un point crucial. Il n’est pas le seul dans le monde à vivre quotidiennement cet handicap invisible dont il ne connaissait même pas le nom avant que ce dernier ne lui rende la vie insupportable…Plus de 300 millions dans le monde, et près de 14 millions en Hexagone sont dans le même cas que lui.
Il met en ligne une pétition pour attirer les pouvoirs Publics sur cette nouvelle pathologie avec lequel le XXIème siècle devra compter. Elle compte à ce jour plus 45.000 signatures. Il accepte donc de devenir le Parrain de « France Acouphènes » afin d’attirer les parents sur le danger du niveau sonore des casques audio de nos enfants
L’idée d’adapter son livre pour le Théâtre s’impose à lui et à son co-auteur : Dominique Lozac’h, comme une évidence. Il retrouve le désir de renouer avec son métier de comédien se donnant pour mission à travers ce seul en scène de rendre visible … ces invisibles.
Cette pièce il la veut pleine d’émotions mais aussi d’humour. Comme le disait Nietzsche:
«Tout ce qui ne tue pas me rend plus fort»…
Après plusieurs tentatives qui vont se révéler totalement impossibles, à cause des acouphènes, Frédéric perd le son de sa propre voix. Il décide alors de faire ce qu’il avait toujours refusé jusqu’à présent, question d’image, mais qu’est-ce que l’image lorsque on a pas le son .
Le 19 Novembre 2019 il se fait implanter avec un « implant Cochlear », afin de pouvoir retrouver l’ouïe et la scène de la vie .

C’est sous la houlette de Dominique Coubes qu’il retrouvera toute confiance en lui et fera au Théâtre du Gymnase son retour à la vie et sa rentrée sur scène après toute ses années..

Retrouvez FRÉDÉRIC DEBAN prochainement en interview sur ART SCÈNE RADIO

https://youtube.com/shorts/6VZkMzP0wQE?feature=share

 

 

 

 

 

 

 

 

Art Scène Radio © 2022. All Rights Reserved.